Pour un monde sans exclusion


«Depuis sa création en 1969, Le Cri, Mouvement laïc et citoyen, agit pour ‘crier’ avec les personnes qui veulent faire reconnaître leurs droits et leur dignité. C’est pourquoi Le Cri n’est pas un sigle, mais le nom du verbe crier. Le Cri estime que la pauvreté, la précarité, le chômage et les multiples formes de souffrance et d’exclusion qui en découlent ne sont pas des fatalités. Le Cri affirme que ces atteintes à la dignité humaine sont en contradiction flagrante avec les termes de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (préambule § 1 et 5 et art. 1, 4 et 5) et les Conventions qui s’y rattachent.» (Préambule de la charte du Mouvement Le Cri)

Le Cri est un Mouvement national agréé Mouvement d’éducation populaire. Créé à Dijon, il est représenté en France dans une dizaine de départements et édite un magazine trimestriel, Cri-Informations.

Le Cri lutte contre l’exclusion, avec deux axes prioritaires d’intervention : la prison et la prostitution. Mais depuis sa création, la société a évolué. Dans l’esprit de ses fondateurs, il réagit aussi aujourd’hui contre les injustices et les atteintes à la dignité que sont : la maltraitance, la toxicomanie, la pédophilie, l'inceste, la rétention ou l’expulsion des sans-papiers... formes actuelles et médiatisées de violence et d’enfermement.

Le Cri agit sur les causes :
- en partenariat avec d’autres Mouvements et Associations à buts similaires ou très proches. Son but est de lutter pour la disparition du système prostitutionnel et du système carcéral;
- par l’information et la sensibilisation de l’opinion publique;
- par l’interpellation des pouvoirs publics.


PHILOSOPHIE DU MOUVEMENT 
ET SENS DE LA DEMARCHE

Dessin de Müss
La délinquance, la violence, la pratique prostitutionnelle et leurs développements sont ancrés dans l’exploitation de l’homme par l’homme et dans des rapports de domination. Des conditions défavorables de vie, de logement, d’éducation, de vie affective et sexuelle... aggravent ces risques.

De ce point de vue, la lutte contre la prostitution s’inscrit dans le cadre global des actions menées pour le respect de la dignité humaine et contre les exclusions.

La lutte contre les mécanismes et les conditions objectives de production de ce risque se fonde sur l’idéal d’une transformation sociale, par le passage d’une culture de profit à une civilisation de promotion, d’épanouissement et d’accomplissement de l’être humain, tant sur le plan individuel que collectif.

La sexualité humaine est une des capacités de chacun à inscrire ce qu’il a de singulier dans l’espace collectif. Elle est au coeur de ce qui signe notre humanité. Les enfermements sexistes, vulgaires et pornographiques la réduisent trop souvent à ses seules fonctions biologique et génitale.

L’édification d’une civilisation de l’"Humain" est basée sur le développement harmonieux des multiples potentialités des individus : intelligence créative, capacité à communiquer et à tisser des relations inter-personnelles et affectives dans le cadre du respect fondamental de la dignité de l’autre.

Les progrès réalisés et les avancées importantes acquises au fil de l’histoire de l’humanité démontrent et alimentent le réalisme de notre démarche.